Julie Holly, de libertine à actrice porno


Clarisse Luiz 9 février 2019

Julie Holly une jolie libertine semble avoir trouvé sa voie dans l’industrie pornographique. On revient sur son parcours…

kemoil.ru : TU AS COMMENCÉ LE PORNO EN 2017, ÇA A ÉTÉ QUOI LE DÉCLIC ?

J’étais célibataire, j’avais une vie sexuelle très active et j’avais décidé de m’inscrire sur un site libertin.

D’ailleurs c’est sur un site libertin qu’on est venu me chercher pour me proposer de faire du porno ! Le libertinage ça a été très chouette. J’avais eu l’expérience d’être regardée dans les saunas et j’aimais ça. Je me suis découvert un côté très exhibitionniste. C’est ça qui m’a donné envie de faire des films.

kemoil.ru : ÉTAIS-TU UNE GROSSE CONSOMMATRICE DE PORNO ?

Pas du tout ! Regarder des films porno n’est pas quelque chose qui me vient instinctivement. J’ai commencé à en regarder quand j’ai commencé à en faire. Maintenant j’y porte un peu d’intérêt mais pas plus que ça. Ça va peut-être paraitre narcissique mais les seules scènes qui m’excitent vraiment sont les miennes… Vous savez je suis très sensible du clitoris et j’ai un plaisir réel quand je tourne. Me regarder en vidéo me fait revivre la scène ! C’est pour cette raison que je ne fais que ce qui m’excite dans les films. Si ça ne m’excite pas, c’est non.

Sinon, le côté virtuel, comme devenir une cam-girl, très peu pour moi. J’ai besoin de vivre le truc !

Justement avec un autre acteur nous montons notre chaine propre Pornhub. C’est une web série basée sur des fantasmes avec une réelle volonté d’authenticité. On ne veut pas tricher et montrer une expression du plaisir trop formatée, nous voulons être dans la réalité.

Julie Holly - kemoil.ru

kemoil.ru :  QUAND TU AS COMMENCÉ CHEZ JACQUIE ET MICHEL ILS T’ONT TOUT DE SUITE MISE DANS LA CATÉGORIE MILF. POUR TOI C’EST QUOI ?

Je ne me définis pas vraiment comme une MILF mais je crois que c’est une catégorie qui marche plutôt bien. Pour moi c’était clairement une opportunité. C’est une tendance qui correspond aux femmes de mon âge – 35 ans, et qui m’a permis d’avoir des propositions.

kemoil.ru : TU AURAIS UN CONSEIL À DONNER À DES FILLES QUI VEULENT SE LANCER ?

Ce qui est bien c’est que toutes les femmes peuvent trouver leur place dans le porno, quel que soit leur âge ou leur physique mais il ne faut pas penser vivre du porno amateur en France.

Ne pas dépendre financièrement du porno c’est important. Ça donne la liberté d’accepter ou de refuser des projets. J’ai plein de projets qui ne se sont pas faits, soit parce que on ne s’était pas mis d’accord avec la production soit parce que j’ai tout simplement refusé. Mais finalement ce n’est pas grave parce que moi ça ne m’affectait pas.

kemoil.ru : EN UN AN TU EN AS FAIS UN SACRÉ BOUT DE CHEMIN !

L’exhibition m’a aidé à reprendre confiance. C’est une façon de recevoir de l’attention que je trouve valorisante. Et puis quand je regarde mes scènes, je les trouve super chouette. Certains me remercient pour le plaisir que je leur donne ; des hommes seuls, des couples, et même des femmes. C’est super cool et ça impact pas mal ma confiance en moi !

À lire aussi… 

Interview avec l’actrice porno Alexia Chuck

Anoushka, réalisatrice porno et féministe


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

kemoil.ru