Mon cousin dans le foin


La rédaction 1 février 2019

Chantal, 63 ans, Limousin

Ce que je vais vous raconter s’est passé alors que j’avais 18 ans et que mon cousin Paul en avait 19. Nous nous sommes retrouvés tous les deux en vacances chez nos grands-parents qui avaient une ferme dans la Creuse. Cela faisait plusieurs années que je ne l’avais pas vu, et il avait beaucoup changé, il me plaisait bien. Il était très gentil avec moi. Deux semaines avant, au cours d’une petite fête de fin d’année, j’avais un peu bu, et j’avais cédé sans peine aux avances d’un beau garçon de 20 ans qui m’a ensuite dépucelée en douceur. Je me suis promis de refaire l’amour sans tarder. C’était l’époque des foins.

Mon cousin devait monter dans le grenier par une échelle pour y mettre le foin qu’on lui amenait avec une charrette. Il avait du temps libre pendant que mes grands-parents et le garçon de ferme, Denis, allaient ramasser le foin dans les prés. Un après-midi, il m’a invitée à monter avec lui dans le grenier. Il y faisait très chaud. Il portait un short et un tee-shirt qu’il a vite enlevé. Je portais moi aussi un short et un tee-shirt. Je lui ai dit : « Dommage que je ne puisse pas me mettre comme toi. » Et il m’a répondu : « Mais pourquoi pas, si tu as envie, nous ne sommes que tous les deux. » Après avoir hésité un moment, j’ai fini par l’enlever et je me suis retrouvée en soutien-gorge décolleté devant mon cousin. Il m’a dit que j’avais changé, que j’étais devenue belle, et que si je n’avais pas été pas sa cousine…
Il s’est allongé et m’a demandé de venir à côté de lui. Il a commencé à me caresser en me demandant si ça m’embêtait. Je n’ai pas répondu, car j’étais gênée que ce soit mon cousin, mais d’un autre côté, j’en avais tellement envie ! Alors avant l’arrivée de la charrette, nous nous sommes caressés, ses doigts m’électrisaient. Cet après-midi-là nous avons découvert entièrement nos corps, je lui ai offert ma chatte pour qu’il la caresse, et je lui ai branlé sa belle queue. Plus je me disais que ce n’était pas bien, plus j’avais envie d’aller plus loin avec lui.
Le lendemain, toujours dans le grenier, nous avons été nus en quelques minutes, et mon cousin m’a fait mon premier cunnilingus. Bientôt suivi par notre premier 69. Il était très doux et cherchait à me donner le maximum de plaisir. Tous les jours j’avais envie d’en connaître un peu plus. Un soir, il m’a demandé de venir le voir dans sa chambre, ce que j’ai fait, et là, il m’a fait voir une petite brochure intitulée Le Kâmasûtra, toutes les positions expliquées. Il m’a fait entrer dans son lit et il a commencé à me faire voir le contenu du livret. Cela a été pour moi une très grande découverte, je mouillais abondamment rien qu’à regarder les croquis et les explications, et j’étais loin d’imaginer que l’on puisse faire l’amour dans toutes ces positions.

Presque chaque matin, alors que nos grands-parents étaient très occupés dans leur ferme, je le rejoignais, je fermais la porte à clé, et nous mettions en pratique la position apprise la veille ensemble dans le livret. Il savait me faire jouir, et les jours passant ma chatte s’élargissait, laissant un plus grand passage à sa queue dont je ne me lassais pas. Un après-midi, dans le grenier, nous étions nus, j’étais excitée, il m’a fait attraper deux poutres un peu hautes pour que je les tienne fermement. Il a bien écarté mes cuisses pour me prendre debout par l’arrière.
Nous étions en pleine action, il me pistonnait avec sa queue très ferme, lorsque la charrette est arrivée en bas avec mes grands-parents et le garçon de ferme. Mais mon cousin voulait me finir, il me caressait le clitoris en même temps. À tel point qu’il n’était pas prêt à son poste quand ils sont arrivés pour lui donner le foin ! Au bout d’un moment, Denis est monté. Nous venions tout juste de nous rhabiller à la hâte. Il n’a rien dit. En plus, dans la précipitation, je n’avais pas remis ma petite culotte rose pleine de mouille, que j’avais accrochée à une pointe. Lorsque j’ai voulu la récupérer le lendemain, elle n’y était plus… Entre-temps Denis était monté entasser du foin, et c’est lui qui l’avait récupérée ! Mais cela fera l’objet d’un autre récit.

(Photo à la une : Getty Images)

Si vous avez aimé, vous aimerez aussi…

Un train peut en cacher plein d'autres 4
Un train peut en cacher plein d’autres…
« Nous avons continué à acheter votre revue et j’ai fini par lui avouer que j’adorais surtout les lettres de soumission… Nous avons commencé à faire des jeux de soumission entre nous. Stéphane me donnait des tâches à exécuter et s’il n’était pas satisfait, il m’attachait les bras dans le dos et m’obligeait à le sucer. »

Collé serré de Caro
« Mes deux compagnons m’ont entraînée à tour de rôle entre les danseurs. Comme il faisait très sombre, leurs mains parcouraient mon corps. » Caroline.

Les copains dabord
Les copains d’abord !
Thierry es resté boire un verre à la maison. Quand ma femme est rentrée, je leur ai proposé d’aller manger dehors vite fait. Thierry rechignait, ayant peur d’avoir à tenir la chandelle. Je lui ai proposé : « Ce soir c’est toi le mari, et c’est moi la chandelle. »

DSC_4038
Cours de langues
« Le petit prof à lunettes est spécialiste en langues. Lorsque Lola, sublime poupée russe, se présente devant lui afin de réviser les termes nécessaires à la présentation de sa thèse devant un parterre d’auditeurs hexagonaux, il va lui montrer combien sa maîtrise de la langue est tout simplement parfaite ! »

À retrouver sur notre plateforme VOD

Il la prenait pour une nymphette inexpérimentée. C’est une perverse qui va lui offrir tous ses trous…

 


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

kemoil.ru