Un moment d’égarement 


La rédaction 14 avril 2019

Alain, 36 ans, Luçon

Je suis un homme divorcé de 36 ans et père d’une petite fille que j’ai eue avec Séverine, une très belle femme sophistiquée et sexy, du genre à porter des bottes de cuir hautes et des mini-jupes malgré ses 40 ans. Nous avons eu une belle histoire, mais nous nous sommes séparés au bout de 8 ans passés ensemble, car nous ne voulions plus les mêmes choses et l’amour s’en était allé de notre quotidien. Nous avons désormais des rapports sereins et aimons prendre un instant pour discuter quand elle m’amène ma fille pour le week-end.

L’autre jour, elle s’est un peu éternisée et nous avons couché la petite dans sa chambre pour sa sieste. Nous étions alors seuls au salon. Justement, Séverine avait mis ses bottes ce jour-là. Je le lui ai fait remarquer en lui glissant un compliment qui l’a fait sourire. Nous avons parlé de la vie, de notre fille et de nos histoires du moment. Séverine avait rencontré quelqu’un, mais ça n’allait pas fort sur le plan sexuel. Elle avait du mal à retrouver la même complicité qu’avec moi. Je lui ai avoué que c’était pareil pour moi. J’avais vécu plusieurs aventures depuis son départ de chez nous, mais je n’avais jamais atteint cette entente sexuelle que nous avions partagée, même si nous ne couchions pratiquement plus ensemble vers la fin de notre relation. Poussés par l’atmosphère de confidence, nous nous sommes rappelés cette fois où nous étions partis en camping tous les deux et avions fait l’amour partout, sous la tente, dans la salle de bain commune, au bord des rivières et dans les champs. Nous avons ri et nous sommes imperceptiblement rapprochés. Je sentais que ça allait déraper. Je ne l’aimais plus, mais la proximité de son corps et le fait de revivre ces souvenirs avec elle ont agi comme un coup de fouet. J’avais une envie irrésistible de goûter à nouveau sa peau et son sexe.

Elle partageait visiblement ce souhait car elle m’a offert sa langue avec entrain quand j’ai posé ma bouche sur la sienne. Nous avons décidé d’oublier, l’espace d’un instant, l’échec de notre histoire, nos petites querelles, nos partenaires actuels, et nous nous sommes laissés aller. J’ai pris ses seins dans mes mains et tout m’est revenu – son odeur, ses goûts sexuels, ses bruits. Je voulais revivre tout cela, le temps de quelques minutes. Je me suis rapproché d’elle pour l’embrasser plus profondément, tout en me frayant un chemin vers sa chatte. J’ai soulevé sa  jupe pour y mettre la main et j’ai senti son sexe déjà tout mouillé de me retrouver. J’y ai mis quelques doigts, les ai agités à l’intérieur en courbant la main pour bien appuyer là où ça la fait couiner. Puis, les doigts inondés de mouille, je me suis mis à caresser son clitoris. 

Son souffle était court, elle voulait que je continue, que surtout je ne m’arrête pas. Sa propre main a déboutonné mon pantalon et s’est mise à me branler, tantôt en me caressant, tantôt en agrippant mon manche plus fermement. J’étais, moi aussi, à sa merci. Séverine a glissé sur le tapis pour se mettre entre mes jambes alors que j’étais encore assis sur le canapé. Elle m’a sucé, agenouillée sur le sol en gardant ses bottes et je me suis rappelé à quel point elle savait y faire. Sa bouche pressait doucement sur ma longueur, remontait sur le gland, lapait mes couilles, me prenait parfois en entier, très profond dans sa gorge. J’en tremblais de plaisir. 

Alors, la rejoignant sur le tapis au pied du canapé pour embrasser tout son corps : ses épaules, ses seins, sa chatte, son ventre,  elle m’a dit qu’elle me voulait en se mettant à quatre pattes pour que je la prenne en levrette comme elle aime, quand ça tape bien profond. C’est ce que j’ai fait, et j’ai retrouvé la sensation de son sexe en m’insérant en elle, cette sensation d’étroitesse délicieuse, cette sorte de deuxième bouche qui m’avale avec facilité et vient se resserrer autour de ma bite. Cette sensation était restée intacte et je ne pouvais contenir mon empressement à la sentir plus fort encore. Alors, j’accélérais mon mouvement en attrapant ses hanches pour bien m’enfoncer dans sa fente. 

Son corps bougeait sur ma queue en l’aspirant et la recrachant à moitié, cette vision quasi porno décuplait mes sensations. Je la sentais frémir de l’intérieur et constatais que son plaisir était sûrement aussi grand que le mien. Comme nous en avions l’habitude quand nous étions en couple, j’ai entrepris de la sodomiser. Elle m’a aidé en me guidant, en accueillant mes doigts et en reculant ses fesses pour gober ma queue. Celle-ci s’est enfoncée dans son petit trou en y allant progressivement. Et, là encore, la sensation était dingue. Son cul me recevait avec une telle rage de désir. Il était à la fois serré sur moi et assez détendu pour me prendre entièrement. À la fin, j’allais et venais en elle rapidement, par à-coups brusques, tout en la tenant par les fesses qu’elle cambrait au maximum en étouffant ses gémissements pour ne pas faire trop de bruit. Nous avons joui presque en même temps pendant cette pénétration si intime, saisis nous-mêmes par l’intensité de ces retrouvailles pas planifiées. 

La chose ne s’est jamais reproduite ensuite, c’était comme un au revoir final, mais nous avons apprécié baisser la garde tous les deux, comme pour mieux se dire : « C’est fini, mais c’était bien quand même. » Je lui souhaite d’être heureuse.

(Photo à la une : Getty Images)

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez aussi…

Sur le canapé de ma soeur

« Doucement, il a déposé un baiser sur mes lèvres, et nous nous sommes jetés dans les bras l’un de l’autre. Sa bouche prenait possession de la mienne pendant que ses mains ouvraient mon peignoir pour s’emparer de mes seins. » Nathalie.

Son cul devant la commode

« Dans sa robe moulante et ses escarpins à talons hauts, elle était très sexy, et parfaite pour cette nouvelle séance photo. Lorsqu’elle s’est regardée dans le miroir, elle ne se doutait pas du genre d’images que nous allions faire ensemble. J’ai trouvé ça très excitant. » Lucas.

À retrouver sur notre plateforme VOD

3 femmes en manque de sexe se tournent vers des acteurs porno.

À propos de l’auteur

La rédaction


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

kemoil.ru