Les poux de pubis, ça existe ?


La rédaction 5 février 2019

Hé oui, les morpions existent toujours au 21e siècle !

Morpions - kemoil.ru

Comme il y a des poux de corps et des poux de tête, il y a aussi des poux de pubis ! Plus communément appelés les morpions, ce sont des petits parasites noir de 3 mm qui ressemblent à des crabes et se nourrissent du sang de leurs hôtes. Malgré leur nom, on peut les trouver nichés dans n’importe quelle toison courte du corps : autour de l’anus, sous les aisselles, sur le torse, dans la barbe ou même sur les cils. Ils se mettent à la base des poils et forment une petite masse arrondie très gênante.

Quels symptômes ?

Attention, on peut être porteur de morpions sans pour autant présenter de symptômes ! Mais si vous êtes pris de démangeaisons dans la région du pubis et que vous constatez des petites tâches rouges, vous pouvez être certains d’être infectés. Des plaques bleues peuvent aussi apparaitre aux sites de morsures. Heureusement c’est une infection bénigne.

Regardez bien vos vêtements ou votre literie : des excréments de poux qui prennent l’apparence de fines particules noires peuvent apparaître

Comment j’ai bien pu choper ça ?

La plupart du temps la contamination se fait par contact direct pendant des rapport sexuels avec une personne infectée. On peut aussi l’attraper lors de contacts non sexuels :  à la piscine, en portant les vêtements d’une personne contaminée ou en dormant dans ses draps.

Quel traitement ?

Pas de temps à perdre pour endiguer l’invasion ! Direction la pharmacie pour un traitement sur zone à base d’insecticides en shampoing, lotion ou spray. Autre solution plus radicale : l’épilation ou le rasage intégral. Mais attention, sur une zone déjà irritée, l’exercice peut s’avérer douloureux.

Les morpions peuvent survivre jusqu’à deux jours dans la literie, les serviettes et les vêtements alors on désinfecte et on pulvérise tout ce qui a été en contact avec eux.  Il est aussi recommandé de traiter toutes les personnes vivant sous le même toit et les partenaires sexuels récents. L’objectif est de bien les éliminer afin d’éviter les récidives.

Seul le traitement local peut venir à bout des morpions, qui contrairement à la croyance populaire, n’affectionnent pas plus les corps sales que les corps propres.

(Photo à la une : Getty Images)

À lire aussi…

Prévenir les mycoses vaginales

Herpès génital : la souffrance ignorée

Étiquette:
À propos de l’auteur

La rédaction


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

kemoil.ru